La campagne

Samedi 22 février 2020

Une fois de plus l’urbanisme erratique actuellement promu dans notre cité fait des mécontents. Une cinquantaine d’habitants se sont réunis ce matin aux confins des rues Henri Rivière, du Maisniel, et Bayard. Ils sont inquiets, révoltés devant le projet de deux immeubles bientôt créés sur l’emplacement d’un vaste espace vert avec des arbres d’un grand âge. Ces habitants n’ont jamais été informés, concertés ; ils n’ont reçu aucune réponse à leur demande de rencontre adressée à la mairie. Leurs recours juridiques ont peu de chance d’aboutir.

En ce samedi ensoleillé tous ces habitants étaient d’une part choqués de la destruction d’un tel espace pour le remplacer par un îlot de chaleur et d’autre part désabusés par le peu de cas que faisait la municipalité de leur demande d’information.

D’une façon générale le béton sert à construire des logements, le bois est employé de plus en plus souvent, la végétalisation est un thème obligatoire ; de belles réalisations voient le jour associant ces techniques. A Clermont il manque une qualité architecturale et urbanistique ; que pensez du véritable massacre qui vient d’avoir lieu avenue Vercingétorix ! Aucune esthétique dans ce monotone ruban de béton construit sur le site Hôtel-Dieu le long de l’avenue. Que de contraste avec le vert électoral qui a remplacé le rose dans la campagne d’Olivier Bianchi.